Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le festival de musique sacrée et baroque de Froville fait partie des étapes incontournables de tous les passionnés de musique baroque et de musique tout court.

Porté dès l’origine par des bénévoles passionnés, épaulés par une toute petite équipe de salariés, dont Valérie Godefroy, qui en assure la programmation, il est né de l’inspiration d’un lieu, dont il a fait son écrin, une église romane à l’acoustique exceptionnelle surplombant un petit village de 125 âmes aux confins de la Meurthe-et-Moselle.

Réparti sur plusieurs week-ends de fin mai à début juillet, il présente aux côtés de grands noms, connus de tous, tels que Jordi Savall, l’Ensemble Matheus, ou encore le contre-ténor Max-Emmanuel Cencic, des artistes au public plus averti.

Ainsi, les 17 et 18 juin derniers se sont succédé au cours de trois concerts les gambistes José Vazquez et Jay Bernfeld et le violoniste Thibault Noally, à la tête de leurs ensembles respectifs, avec les chanteuses Anchea Pichanick, Blandine Staskiewicz et Julie Fioretti.

Samedi 17 juin après-midi, le gambiste José Vasquez, d’origine cubaine, accompagné de Lucia Krommer au continuo et Erich Traxler au clavecin, donnait un concert autour de Marin Marais, particulièrement intéressant pour les néophytes.

En effet, chaque œuvre était précédée d’une présentation passionnante et non dénuée d’humour, éclairant le public sur le génie musical du compositeur et interprète à la Chambre du Roi, sa personnalité et le rapport à son Maître Sainte-Colombe, l’ensemble étant finalement assez éloigné de la description faite dans le film Tous les matins du monde.

Gavottes, Gigues, Courantes, et autres Sarabandes se sont succédé dans quatre suites, celle annoncée comme la plus exigeante pour le public se révélant bouleversante dans l’interprétation inspirée de José Vasquez et de ses complices.

Froville, c’est également un Concours International de Chant Baroque, dont les lauréats sont programmés par le Festival.

C’est ainsi que le 17 au soir deux jeunes chanteuses devaient se produire dans un programme consacré aux Stabat Mater de Vivaldi et Scarlatti avec l’ensemble Les Accents sous la direction de Thibault Noally.

Hélas souffrante, la très attendue soprano Hasnaa Bennani, couronnée en 2011, fut remplacée avec beaucoup de talent par la mezzo Blandine Staskiewicz.

Lauréate en 2014, la contralto Anthea Pichanick forma avec elle un duo vocal particulièrement adapté au thème marial de cette soirée. En effet, à la couleur chatoyante et profonde de l’alto, répondait admirablement l’expressivité dramatique de la mezzo.

Dimanche 18 après-midi, c’est la Chapelle du Château de Lunéville, admirablement restaurée après l’incendie ravageur de 2003, qui accueillait à juste titre le festival, pour fêter la musique à Versailles au temps du Roi Soleil.

Inspiré mais non copié sur le Château de Versailles, Lunéville au temps des derniers Ducs de Lorraine, vit se rencontrer les courants artistiques et intellectuels européens de l’époque, concourant à l’émergence de l’esprit des Lumières.

Dans ce haut-lieu d'échanges culturels en Lorraine, Jay Bernfeld, son ensemble Fuoco E Cenere et la soprano Julie Fioretti nous firent revivre, le temps d'un concert, la vie musicale à la Cour du Roi de France, en convoquant les grands maîtres de l’époque de Lully à Charpentier, en passant par Marin Marais et Couperin. La virtuosité de chacun des interprètes, et la fraîcheur du timbre de la soprano donnèrent à ce moment toute sa grâce.

Le festival se poursuit jusqu’au 9 juillet avec entre autres Jordi Savall, le contre-ténor David Hansen, la mezzo Ann Hallenberg et Les Cris de Paris de Geoffroy Jourdain.

Par ailleurs, le Concours International de Chant Baroque se tiendra au Château de Lunéville du 21 au 24 septembre prochains. Les inscriptions y sont toujours les bienvenues.

Tout renseignement sur www.festivaldefroville.com

Tag(s) : #Froville, #Musique, #Musique baroque, #Meurthe-et-Moselle, #Patrimoine, #Culture, #Festival, #Lorraine

Partager cet article

Repost 0