Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au lendemain de l’annonce de la prolongation des mesures de confinement et d’interdiction des manifestations publiques jusqu’au 15 juillet, Oliver Perry, Directeur du CCAM de Vandœuvre a accepté de répondre à mes questions sur l’impact de cette crise sur le Centre et sa stratégie d’adaptation à cette situation inédite.

 

SG : C’est votre troisième saison à la tête du CCAM-Scène Nationale de Vandœuvre et vous voilà plongé dans cette crise sanitaire du coronavirus qui a mis un coup d’arrêt à votre activité depuis un mois déjà même si on va voir que ce n’est pas tout à fait le cas.

 

Mais tout d’abord est–ce que vous pouvez nous rappeler brièvement ce qu’est le CCAM avant de nous dire comment vous vivez cette situation exceptionnelle ?

OP : Le CCAM est un établissement culturel pluridisciplinaire, fondé il y a une quarantaine d’années et devenu Scène Nationale vingt ans plus tard. Il accompagne la création artistique contemporaine et la rend accessible au public le plus large possible, qu’il s’agisse de musique, de danse, de théâtre, de marionnette, de photographie, d’arts graphiques ou plastiques.

La crise inédite que nous vivons est évidemment terrible pour nous parce qu’elle nous empêche d’accomplir notre mission et qu’elle nous place dans une grande incertitude relativement aux délais et aux conditions de reprise. Mais nous comprenons parfaitement l’urgence sanitaire et tentons de préparer cette reprise tout en cherchant des solutions au présent.

 

SG : Vous avez décidé de maintenir la rémunération de tous les spectacles annulés ? Comment parvenez-vous financièrement à mettre en œuvre cette décision ?

OP : Nous adhérons à un syndicat professionnel, le Syndeac, qui a posé cette ligne de conduite qui consiste à mettre en œuvre la plus grande solidarité interprofessionnelle possible, en payant les contrats des spectacles annulés. Nous approuvons cette logique et l’appliquons. Entre les recettes de billetterie qui se sont effacées et l’annulation d’autres frais, en particulier de transport et d’hébergement, la situation nous contraint à un très délicat exercice d’équilibriste à l’issue duquel nous espérons ne pas essuyer de pertes trop importantes.

Il faut aussi signaler que nous faisons beaucoup d’efforts pour reporter les spectacles dans un délai raisonnable.

 

SG : Est-ce que les spectateurs ont fait cadeau des places qu’ils avaient déjà achetées ?

OP : Certains l’on fait et nous les remercions très chaleureusement de cet acte de civisme.

 

SG : Est-ce qu’il y aura un impact financier pour la structure ?

OP : Il y en aura forcément un, même si pour l’instant il est très difficile à évaluer. Nous essayons de chiffrer les risques économiques auxquels nous sommes exposés, mais la situation est terriblement changeante et il est très difficile de se projeter.

 

SG : Tous les spectacles de la fin de saison sont-ils annulés, y compris le festival Musique Action qui est très important dans le monde musical en France et au-delà ?

OP : L’ensemble de la fin de saison est malheureusement annulée. Nous organiserons du 11 au 13 septembre une session de rattrapage qui permettra de retrouver une partie de la programmation de Musique Action.

 

SG : Est-ce que certains spectacles pourront être reportés à la saison prochaine, dans la mesure où je suppose que celle-ci était quasiment bouclée ?

OP : Nous sommes parvenus à reporter la moitié de la programmation prévue du 15 mars au 5 juin lors de la saison 20/21. On retrouvera même deux projets à l’automne 2021. C’est un exercice très complexe qui a pour conséquence de saturer la programmation de la saison prochaine. Nous aurons besoin de la pleine adhésion du public pour réussir ce pari risqué.

 

SG : Aujourd’hui, votre activité s’est déplacée sur le web dans une rubrique que vous avez appelée A l’Horizon sur votre site internet.

Comme beaucoup d’acteurs culturels, vous y proposez gratuitement du contenu à partir d’archives comme ces plongées dans l’univers d’artistes qui sont passés par le CCAM (je pense en particulier à Anne Teresa de Keersmaeker, une figure de proue de la danse contemporaine), mais vous allez au-delà puisque vous passez commande d’œuvres nouvelles.

Est-ce que vous pouvez nous en parler ?

OP : L’idée de base est simple. L’épidémie et le confinement qui en découlent nous empêchent d’assumer notre mission de service public qui consiste à accompagner et diffuser la création contemporaine. Nous avons donc décidé de la réinventer temporairement via internet. Il s’agit d’une programmation en ligne qui se compose de trois collections : les plongées, les créations et les archives. Les plongées permettent de (re)découvrir un artiste ou une esthétique à travers des ressources en ligne. Les créations font l’objet de micro-commandes rémunérées à des artistes proches de notre Scène Nationale. Les archives donnent accès à des œuvres qui ont été présentées au CCAM, en particulier lors du festival Musique Action. L’initiative rencontre un réel succès puisqu’elle a plus que doublé la fréquentation habituelle de notre site internet. Nous avons momentanément déplacé notre espace de travail en attendant de pouvoir ouvrir à nouveau les portes de notre établissement.

 

SG : Traditionnellement, les saisons sont présentées avant l’été. Si le confinement empêche de se rendre dans vos murs, est-ce que vous prévoirez une présentation par internet ?

Est-ce que vous pouvez d’ores et déjà nous donner l’eau à la bouche pour nous permettre de tenir jusque-là ?

OP : Il sera effectivement difficile d’imaginer une présentation de saison au format habituel et nous sommes en train de réfléchir à une version internet. Sans dévoiler cette programmation, on peut déjà poser qu’elle commencera un peu plus tôt que d’habitude, qu’elle sera marquée par plusieurs créations portées par des femmes, que la question de la diversité culturelle y sera toujours très présente, qu’on y retrouvera des grandes figures de la danse et du théâtre, que la jeunesse y occupera toujours une place importante avec un nouveau Wonderland, que nous continuerons à questionner le monde avec Ce qui nous agite et qu’il y aura deux Musique Action avec l’édition de mai 2021 et la session de rattrapage de septembre 2020.

 

SG : Merci d’avoir répondu à mes questions et bon courage à vous et toute votre équipe dont le travail a été bouleversé mais qui reste sur le pont.

OP : Merci à vous et au plaisir de vous accueillir.

 

SG : On vous retrouve sur le site internet du CCAM avant de vous retrouver dès septembre dans vos murs. A très vite !

 

 

Olivier Perry (DR)

Olivier Perry (DR)

Tag(s) : #CCAM Vandœuvre, #Olivier Perry, #Grand Nancy, #Vandœuvre-les-Nancy, #Scène Nationale Vandœuvre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :