Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'affaire de Toulouse et Montauban m'inspire les réflexions suivantes :

Le gosse qui a assassiné ces militaires et ces enfants juifs ainsi que leur professeur avait 23 ans. Il semble avoir été endoctriné.

Qu'est ce qui fait le terreau de cet endoctrinement ? Qu'est ce qui fait qu'un jeune peut ainsi être la proie des idées les plus folles ? Jusqu'à sacrifier la vie de ses semblables et la sienne ? Je pose cette question en me disant que la réponse y est incluse.

A l'heure où les esprits s'échauffent en pleine campagne électorale, il faut garder la tête froide, ne pas céder à la tentation très répandue dans notre pays de nous opposer les uns aux autres, que certains hommes politiques manquant de responsabilité attisent avec plaisir, divisant pour mieux régner.

Ces crimes sont le fruit de la misère, d'un jeune livré à lui même, sans doute influençable, qui trouve une raison d'exister en se laissant endoctriner jusqu'à porter la mort à ses semblables, jeunes également (les victimes sont des jeunes soldats, des enfants et un jeune professeur).

Là est peut-être la responsabilité de son frère, avoir fait de lui un meurtrier sans jamais lui-même se salir les mains.

C'est également la grande force de ces réseaux intégristes, trouver des êtres fragiles et en faire des bourreaux et martyres de leur cause.

Le père d'un des soldats morts à Montauban a été interrogé hier sur France 2. Je trouve que tout le monde devrait regarder cette interview. Elle devrait être diffusée dans les écoles. Quelle dignité et quelle justesse de ton d'un père pourtant frappé il y a quelques jours par la mort de son jeune fils. Il résume en quelques phrases les conditions qui ont rendu ce crime possible.

Un jeune mal éduqué, et rejeté par l'armée où il voulait rentrer.

Petite digression, j'ai toujours été contre la professionnalisation de l'armée. Premièrement la conscription avait pour intérêt de maintenir un lien entre le peuple et l'armée et deuxièmement l'armée luttait contre l'exclusion. Elle avait un rôle éducatif. Combien de jeunes ont appris à nager, conduire, lire, écrire et compter à l'armée, ont trouvé là une famille et une structure qui les a sauvé de la délinquance. Je peux en parler, étant le fils d'un militaire.

Le terreau de ce crime est l'échec d'une société qui ne parvient plus à intégrer ses enfants, à leur donner un sens de vie, un but. Dans ces conditions, les plus faibles, les moins encadrés, les moins structurés par une éducation solide perdent courage et peuvent devenir la proie de ces réseaux extrêmistes quels qu'ils soient qui veulent miner les fondements de notre société.

On aura beau fait de multiplier le nombre de policiers, de développer les réseaux anti-terroristes, on ne fera que mettre un couvercle sur une cocotte-minute prête à exploser.

Il faut repenser la prévention là où elle a disparu. Il faut faire de la prévention sociale une cause nationale. Et la première prévention est de donner une éducation et un emploi aux jeunes qui en manquent.

On a supprimé ce grand filet protecteur qu'était la conscription. Il faut en trouver d'autres en phase avec notre société et ses enjeux actuels.

Le retour des emplois-jeunes me paraît une réponse, le redéploiement de postes dans l'éducation nationale aussi, mais cela sera-t-il suffisant ?

J'ai moi-même après deux ans et demi de galère créé mon premier emploi en emploi-jeune. Et je ne remercierai jamais assez Dominique Strauss-Kahn inventeur du projet et Martine Aubry qui l'a mis en oeuvre. J'attends d'ailleurs le retour de ce dispositif pour créer moi-même un emploi pour une jeune de 26 ans, diplômée, qui cherche du travail.

Alors vite, il y a urgence. Votez Hollande le 22 mai !

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :