Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hier, samedi 17 mars 2012, ou plutôt aujourd'hui vers 1 heure du matin, je reprends le chemin de ma voiture garée à Pont Marie.

Et stupeur, sous les arcades de la Cité Internationale des Arts, qui font au moins deux cents mètres de long, je vois bien alignés tous les trois mètres, des dizaines de sacs de couchage.

Je suis pris immédiatement d'un malaise et me demande nauséeux comment il est possible qu'en 2012, dans l'un des pays les plus riches du monde, autant de gens dorment dehors.

Effaré, j'envisage d'en faire une photo, pour témoigner de ce que je vois et je saisis aussitôt l'indécence de la chose, même si aucun visage n'est visible.

Je poursuis mon chemin longeant ces corps emmitouflés dans des sarcophages, leur souhaitant d'avoir suffisamment chaud et rejoins un parking souterrain illuminé de mille feux.

J'entre pour payer mon stationnement et tombe nez à nez avec une vieille dame qui pourrait être ma ma grand-mère. Nous nous regardons et je sens sa gêne. Elle n'ose pas entrer dans le parking et reste là. Je suis encore gêné de la voir si humble et semble-t-il apeurée.

Je paye mon dû, l'équivalent d'une nuit en auberge de jeunesse et je rentre dans le parking.

Celui-ci est flambant neuf, coloré et des chants d'oiseaux sont diffusés via des hauts-parleurs. Je longe les rangées de voiture toutes plus chères les unes que les autres, sans voir une seule personne allongée quelque part profitant de la chaleur et de cette ambiance musicale apaisante. Là, je me dis qu'il y a vraiment quelque chose qui cloche dans notre société.

Je reviens d'Inde où en deux semaines et demi, j'ai vu moins de mendiants qu'en une journée à Paris. Certes j'ai vu des gens dormir dans la rue, mais pas plus qu'ici, voire moins et au moins ils ne meurent pas de froid.

La grand-mère que j'ai rencontrée ce matin aurait sans doute vécu là-bas avec ses enfants et petits-enfants ou sa famille et n'aurait pas traîner dans un parking digne du Georges VI sans oser entrer pour s'y mettre au chaud au son des gazouillis d'oiseaux - je suppose d'ailleurs qu'on l'aurait fichu dehors. Vous n'imaginez pas des gens dormant au pied des jaguars et mercedes.

Que les candidats à la Présidentielle fassent l'expérience que j'ai faite hier sans le vouloir, cela les inspirera peut-être.

En tout cas, je note que la solidarité humaine n'existe plus dans notre société, car je pense que tous ces gens que j'ai vus ont une famille ou des amis quelque part et il est inadmissibile qu'ils vivent dehors. Ce n'est pas les politiques qu'il faut blâmer au fond mais toute la société où le lien social disparaît et où on attend tout des pouvoirs publics. Mais on a quand même pas besoin d'une loi pour apprendre à s'aider les les autres.

Mon périple en Inde m'a montré que comme dans beaucoup de pays en développement ou du tiers-monde, les liens humains sont beaucoup plus forts là-bas que chez nous et que finalement le tiers-monde, de ce point de vue il est chez nous et pas chez eux !

 

 

Choc sur le trottoir !Choc sur le trottoir !
Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :