Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il faut bien du courage, de la ténacité et de l'ambition à Laurence Equilbey pour vouloir lancer dans la tempête actuelle un nouveau navire orchestral.

Nommé Insula, du nom d'une zone du cerveau réceptacle des émotions, le nom de cette nouvelle phalange renvoie aussi au mot "île". Il ne faut pas être superstitieux, car en ces périodes de climat instable, les tsunamis sont nombreux et une île a vite fait de se retrouer engloutie.

En attendant, Laurence Equilbey explique qu'elle n'a pas trouvé les collaborations orchestrales qu'elle espérait et qu'elle a donc décidé après de multiples expériences avec différents orchestres en France et à l'étranger, de créer sa propre phalange qui jouera sur instruments d'époque un répertoire couvrant l'époque classique et romantique.

Un peu présomptueuse, elle considère qu'une période, celle des défricheurs baroqueux, et de leurs héritiers, est maintenant révolue et qu'il faut inaugurer une nouvelle ère. Elle s'en fait l'initiatrice comme elle l'a fait dans le chant choral balayant d'un revers de main tout le passé forgé par ses illustres aînés, rejetant ses pairs, pour mieux exister, seule à bord ou presque.

Mais voilà n'est pas chef d'orchestre qui veut. Aux premières minutes d'un reportage diffusé récemment sur France 3, on est tout de suite excédé par la direction de Laurence Equilbey, dont on se demande comment les musiciens peuvent y réagir favorablement. Aucune émotion n'est transmise, le geste est certes souple mais inadéquat, sans lien avec les instruments. L'oeil est acéré, presque incisif et tranchant. L'autorité est bien là mais elle impressionne plus qu'elle ne transporte.

Laurence Equilbey souhaite s'entourer de chefs de pupitre qui mèneront leur barque respective, l'armada orchestrale étant aux ordres de l'Amirale aux commandes de la flotte.

Un financeur est annoncé qui soutiendra ce projet ambitieux mais on ne le connaît pas encore. Il s'annoncera sans doute lui-même quand il existera le jour venu (je veux parler de l'orchestre bien sûr).

Nous attendons avec impatience les premiers concerts de ce nouvel ensemble, en espérant que l'émotion convoquée pour sa fondation sera au rendez-vous de la création et que le navire ne prendra pas l'eau dès les premières vagues.

 

 

 

 

 

 

Insulaire orchestre !
Tag(s) : #Musique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :